Le Blog

Quoi de neuf Houston ? Les dernières actus de La Base, des astuces business, les témoignages de nos membres, notre histoire et nos valeurs …
Tout se passe ici !

La Base & Co

Nos partenaires sont essentiels à notre réussite. Pour les découvrir, c’est ici.

La Réservation

L’un de nos espaces vous intéresse ? Les tarifs, les disponibilités et la réservation, c’est ici !

La Base by CCI 19

La Base, c’est aussi la proximité avec les équipes de la CCI et d’INISUP : un atout supplémentaire pour le développement de votre business et la performance de vos équipes.

Innover : Les clés du succès

Innover – on vous a déjà expliqué pourquoi et comment. Aujourd’hui, nous allons voir quels sont les facteurs clés de succès pour innover.

La Base by CCI 19, vous donne quelques tips (astuces) sur le sujet et vous parle aussi de l’état d’esprit à avoir pour réussir. Sans oublier que « Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends. » – Nelson Mandela

 

Innover : les clés du succès

 

 

 

Clé du succès n°1 : Garder son âme d’enfant

La créativité est innée mais …

Être créatif ? C’est savoir utiliser la partie droite de son cerveau ! Mais si c’était, d’abord et avant tout, se permettre de penser librement… Et savoir (s’)écouter et suivre ses idées !! Selon une étude menée par G. Land pour le compte de la NASA en 1968, seuls 2% des adultes savent ENCORE faire preuve de créativité alors que 98% en était capable à l’âge de 5 ans. Ce n’est pas beaucoup pensez-vous ? Vous avez raison, mais ce n’est pas une fatalité !! 

Ainsi, la créativité est innée. Durant toute notre petite enfance, nous la développons. D’abord à travers des jeux, divers et variés : de construction, de réflexion, sensoriels… Puis, en découvrant la lecture, en regardant des dessins animés, en faisant travailler notre imagination et nos sens (tactile, auditive, visuelle, gustative et olfactive). Notre créativité se développe alors au fur et à mesure. Le fait de changer régulièrement d’activité stimule le cerveau et fait se développer la mémoire et le langage. De plus, à cet âge, la concentration est limitée mais pas l’énergie. Le sommeil, qui occupe chez l’enfant une grande partie de son activité journalière, joue alors un rôle de catalyseur. Il permet de récupérer mais surtout d’assimiler toutes les découvertes et d’être plus réceptif à chaque nouveauté. Aucun frein ne s’oppose à nous et à notre soif de création et de découverte à cet âge !  

 

 

 

… la conserver, est une clé du succès

Seulement, à un moment, des limites commencent à apparaitre. Peu à peu, il n’est plus question d’exprimer sa créativité comme bon nous semble, ni où bon nous semble. Si quelques libertés nous sont encore accordées, ce n’est que sur des plages horaires imposées et sur des activités dirigées ! Il n’est plus permis de laisser libre champ à l’expression de nos envies, au moment qui nous convient et de la façon qui nous chante ! Savoir saisir les chances qui nous sont offertes de pouvoir exprimer sa créativité à travers une activité artistique, musicale, sportive ou de loisirs, devient alors nécessaire. En effet, il est important de toujours conserver des temps laissés libres pour s’ennuyer. C’est prouvé, c’est seulement quand notre cerveau n’est pas encombré qu’il est le plus créatif, libre de s’illuminer. 

Par la suite, nous trouvons un emploi, et celui-ci ne requiert pas forcément une quelconque notion d’imagination ou d’inventivité. Cependant, et heureusement pour les 2% restant, certains métiers, au contraire, demandent une certaine dynamique individuelle voire collective de création : graphiste, animateur de centre de loisirs, cuisinier, fleuriste ….. Heureusement aussi, pour ceux qui ont choisi une branche moins « créative », l’implication dans des activités extra-professionnelles permette de maintenir cette émulation et cette clé du succès.

Clé du succès n°2 : Cultiver la bienveillance

Bienveillance envers vous (Innover – clé de succès)

La bienveillance est un outil extrêmement puissant sur le sujet de la créativité. Car être innovant, c’est aussi se donner la possibilité de se tromper. Et donner la possibilité à ceux qui s’expriment autour de nous de partir sur des sentiers inexplorés en toute confiance.

Parlons d’abord de la bienveillance envers nous-même. Il faut « s’autoriser » à se tromper. Le terme peut paraitre fort mais notre cerveau est une machine très puissante. Et, comme nous l’avons vu au-dessus, il est parfois paramétré depuis longtemps à travailler au sein de limites précises et lourdes.  Et même si innover part toujours d’un bon sentiment, laisser libre court à son imagination est-ce une bonne idée ?

Saurons-nous le faire ? Aller au bout ? Sommes-nous capable de le faire ? N’est-ce pas s’emballer, se voir plus intelligent / fort / compétent que nous le sommes vraiment ? Quand nous commençons à sortir de notre zone de confort, ces petites voix dans nos têtes résonnent … Elles sont différentes pour chacun(e) mais elles sont présentes pour tous, n’en doutez pas. Il en est de même pour un(e) chef(fe) d’entreprise. En effet, pourquoi serait-il différent du commun des mortels. Tous, à un moment ou à un autre, ont des doutes. Lancer un nouveau process de distribution, de fabrication, de marketing…… ou un nouveau produit… n’est-ce pas trop ambitieux ou trop risqué ? 

Bienveillance pour les autres
Bienveillance personnelle

Bienveillance pour les autres

Ensuite, vous êtes rarement seul, même si vous le pensez. Votre entourage : conjoint, famille, amis, collègues, employés ou patrons peuvent concourir à l’émergence et au partage d’idées. Proposer et écouter sans jugement ni critique pour découvrir de nouvelles activités, de nouveaux points de vue… Vous ne connaissez pas ou peu quelque chose, apprenez à l’accueillir pour mieux le découvrir ou leur faire découvrir.  N’hésitez pas à échanger, vous renseigner, suivre de fausses pistes et rencontrer des passionnés … Dans les techniques actuelles d’innovation, on vous parlera d’inclure des « novices » ou des « innocents » à côté des experts et des sponsors, leur oeil complètement extérieur est parfois la solution !

Alors oui ! Innover, c’est toujours prendre un risque ! Mettre sur le marché quelque chose de nouveau engendre un changement pour les clients ou usagers, voire les concurrents. Et mettre en place un nouveau procédé peut désorganiser les salariés voire les fournisseurs. Mais c’est aussi, un risque pour la personne qui se lance. Combien ont-ils été, aujourd’hui connus ou non, à être traité de fou alors qu’ils étaient seulement avant-gardistes ! Les autres se chargeront bien assez vite de valider ou non notre innovation, alors soyons clément avec nous-même et nos idées saugrenues. Elles peuvent peut-être résoudre le problème d’une personne ou créer le besoin chez des milliers d’autres…

 

Innover – Clé du succès n°3 : Suivre une méthodologie

Design Thinking : Présentation (Innover – clé de succès)

De multiples outils existent pour mener une idée à son apogée. Avoir l’idée, c’est bien mais si vous n’en faites rien ou que vous ne savez pas l’exploiter, c’est dommage. A La Base, on vous en a proposé plusieurs tout au long de ce cycle innovation. Certaines plutôt issues de certains secteurs d’activité, d’autres plutôt orientées recherche de solution … Nous, celle que l’on a utilisé pour créer, co-construire, imaginer (comme vous préférez) La Base, c’est le Design Thinking.

C’est en même temps une philosophie, une logique méthodologique et de nombreux outils.

Une philosophie car le principe est d’être ouvert, être à l’écoute et savoir générer de l’intelligence collective. Nous sommes tous présents pour une même chose, nous avons tous envie d’apporter notre pierre à l’édifice et personne ne dispose du dernier mot ou de la solution idéale.

Une méthodologie car le process se réfléchit, se prépare et se déroule selon une logique claire et s’il le faut redondante. Ici, tout est possible, rebondir, revenir en arrière ou sauter des étapes, dès l’instant que tout est répertorié, expliqué et reporté dans un livrable.

De nombreux outils car toutes les sessions n’ont pas le même but, toute les démarches n’ont pas les mêmes présents. Parfois, un facilitateur doit juste écouter et parfois il doit recadrer. Il a alors dans sa manche tout un panel d’outils pour l’aider à faire émerger des idées ou au contraire élaguer dans les nombreuses propositions. Mais quels que soient les outils qu’il choisit, il ne fait que les proposer et les mettre en œuvre, c’est le groupe qui créé ou qui sélectionne.

Process Design Thinking
Design Thinking

Design Thinking : Structuration

La première étape d’une démarche de Design Thinking, peut-être la plus importante, est de cadrer la démarche. Ceci se fait par une préparation pointue, que vous n’êtes pas obligé de faire seule, les équipes de La Base, ou un facilitateur indépendant peut vous y aider. En Design Thinking, la structuration de la démarche passe par 7 P :

  • La pertinence : quel est l’objectif de cette démarche de façon claire et précise, en quoi elle est pertinente et notamment aux yeux des participants ?
  • Les produits : qu’attendez-vous comme livrables pour pouvoir juger de la progression de votre démarche ?
  • Les participants : qui va « jouer » avec vous ? (Attention, l’équipe parfaite n’existe pas mais les rôles clés si)
  • Le processus : quels outils allez-vous intégrer à votre démarche pour que celle-ci soit la plus efficiente possible ?
  • Les pièges : Quels sont ceux que vous voyez, que vous pouvez anticiper et comment y remédier s’ils surviennent?
  • La préparation : Un timing précis, une présentation qui met dans l’ambiance, des pauses gourmandes, une clôture en fanfare …
  • La pratique : Une bonne présentation (powerpoint, photos, descriptif …), les bons outils (feutres, bonbons …), tout doit être à portée de main.

Ensuite, il faut se lancer.

Et en Design Thinking : tester, itérer, développer, recadrer … jusqu’à un MVP, le fameux Minimum Viable Product.

 

Découvrir nos autres articles thématiques !

Numérique éco-responsable

Numérique éco-responsable

Numérique éco-responsable : La Base by CCI19, vous propose un condensé de la présentation qui a été faite sur le sujet le 5 mai 2022. Découvrez l’impact de vos usages quotidien du numérique, de la fabrication de vos outils digitaux et du cycle de vie toujours plus courts des objets connectés.

X