Le Blog

Quoi de neuf Houston ? Les dernières actus de La Base, des astuces business, les témoignages de nos membres, notre histoire et nos valeurs …
Tout se passe ici !

La Base & Co

Nos partenaires sont essentiels à notre réussite. Pour les découvrir, c’est ici.

La Réservation

L’un de nos espaces vous intéresse ? Les tarifs, les disponibilités et la réservation, c’est ici !

La Base by CCI 19

La Base, c’est aussi la proximité avec les équipes de la CCI et d’INISUP : un atout supplémentaire pour le développement de votre business et la performance de vos équipes.

S’engager sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises : des gains pour tous !

La Responsabilité Sociétale des Entreprises … Est-ce rentable ? Faut-il s’engager et engager son entreprise, son personnel dans cette démarche ?

Déjà, qu’entendons-nous par-là ? Quels sont les bénéfices pour une entreprise ? A quelles questions et sur quels domaines doit-elle investiguer ? Et même si vous voulez vous y mettre, comment faire ? Par où commencer ? Existe-t-il des personnes « référentes » qui pourront vous aiguiller et vous faire avancer sur ce chemin passionnant mais parfois lourd à porter seul ….

La Base by CCI19 vous propose à travers cet article de retranscrire ce qu’elle a compris de la conférence sur le sujet qui s’est tenue le 23 juin dernier dans ses locaux.

Actu La Base - Atelier RSE

Pourquoi s’engager dans la Responsabilité Sociétale des Entreprises ?

Enjeux Environnementaux
  •  Pour les enjeux Environnementaux

 

Deux chercheurs (Mathis Wackernagel et William Rees) ont inventé dans le courant des années 1990 le concept d’empreinte écologique. Le but de cette invention est « de mesurer le poids réel sur la Terre de l’entreprise humaine”. Ainsi, chaque année, ce « poids » de l’Humanité dépasse la capacité que la Terre et ses écosystèmes peuvent nous fournir et se régénérer. En 2018, ce jour où l’humanité a dépassé la capacité de notre planète était le 25 juillet. Puis, en 2019, ce fut le 26 juillet, en 2020, le 22 août et en 2021,le 29 juillet… A noter, que depuis les années 1970 et jusqu’en 2019, la date du jour du dépassement n’a cessé d’empirer. En 1970, elle avait lieu le 30 décembre. Les confinements généralisés de 2020, ont permis à la planète de gagner quelques jours seulement.

Un des piliers du Développement Durable est la Préservation de l’environnement. Les ressources produites par la planète et qui se régénèrent par ses écosystèmes ne sont pas illimitées. Il faut que chacun d’entre nous, et les entreprises ont leur responsabilité également, fournisse un effort pour diminuer les consommations et les impacts négatifs sur les écosystèmes. En effet, à force de réduire le « jour de dépassement », la planète ne pourra plus fournir.

L’éco-conception, la mise en place d’économies circulaires, la diminution des déchets par leur revalorisation et réutilisation sont des pistes à suivre.

 

Sur les enjeux Sociaux

 

Pour ces enjeux, nous observerons simplement : l’indice de développement humain (IDH). Celui-ci a été créé par deux économistes Amartya Sen et Mahbub ul Haq. C’est un indice composé. Ainsi, il regroupe trois dimensions fondamentales du développement humain :

  • Espérance de vie à la naissance (qui exprime la capacité à vivre longtemps et en bonne santé.)
  • Durée moyenne de scolarisation et la durée attendue de scolarisation (qui expriment la capacité à acquérir des connaissances.)
  • Revenu national brut par habitant (qui exprime la capacité à avoir un niveau de vie décent.)

A l’échelle mondiale, on peut observer de grandes disparités. Si on zoome, on peut se rendre compte que chaque pays reproduit en interne ces mêmes déséquilibres et dans les entreprises parfois aussi. On touche alors aux ressources humaines, à la motivation, à l’image même de l’entreprise et de sa marque employeur. A réfléchir donc… 

 

Enjeux sociétaux
Enjeux économiques

Avec les enjeux Économiques

 

L’indice qui prévaut ici est le PIB, le Produit Intérieur Brut. Il permet de mesurer les richesses créées dans un pays au cours d’une période donnée. Il détermine ainsi la « croissance économique » dudit pays. Dans une optique de Développement Durable et de RSE, l’idée est de ne pas s’arrêter à une période, et surtout pas passée. L’engagement est alors de penser plus grand et plus loin l’économie. Il faut essayer d’avoir une vision mondiale et à long terme qui a pour objectif ultime de satisfaire les besoins des générations actuelles tout en préservant la planète pour les besoins des générations futures. Ainsi, il faut essayer de voir comment chacun, et là encore les entreprises ont toute leur place, peut mettre en œuvre des stratégies qui permettent de continuer à créer de la valeur tout en préservant la planète et les hommes à long terme.

C’est pour cela que l’Organisation des Nations unies (ONU) a défini un programme d’ici 2030 qui « porte une vision de transformation de notre monde en éradiquant la pauvreté et en assurant sa transition vers un développement durable ». Et les entreprises ont un rôle clef à jouer dans la réussite de cet Agenda 2030. L’atteinte des Objectifs Développent Durable définis dans cet agenda permettra d’améliorer l’environnement des entités, leur offrant un cadre plus stable où prospérer et grandir. Tant du point de vue des opportunités de développement que de la maîtrise des risques, il est donc dans l’intérêt stratégique des entreprises d’y contribuer dès aujourd’hui.

 

Principes et questionnements pour engager la Responsabilité Sociétale de son Entreprise

7 principes de la RSE

• Les principes de la Responsabilité Sociétale des Entreprises

 

Tout d’abord, revenons aux fondamentaux en parlant définition. Ainsi, la RSE (parfois aussi appelée RSO, Responsabilité Sociétales des Organisations, plus large dans ses cibles) se traduit par la contribution des organisations (entreprises, collectivités, associations …) au développement durable par l’intégration volontaire de préoccupations sociales et environnementales, à leurs activités et à leurs relations avec les parties prenantes. Rappelons-le ici, le Développent Durable s’appuie sur trois piliers : l’environnement, l’économie et le social. L’objectif de la Responsabilité Sociétale des Entreprises est donc de créer de la richesse (enjeu économique) tout en préservant son environnement et ses ressources humaines. Le tout en intégrant toutes les parties prenantes qui gravitent et impactent son fonctionnement (fournisseurs, clients, partenaires…).

Pour cela, elle propose 7 principes qui sont des valeurs fortes permettant de guider les organisations dans leurs décisions :

  • Redevabilité : L’organisation doit être en mesure de répondre de ses impacts sur la société, l’environnement et l’économie.
  • Transparence : Les décisions qu’elle prend et les activités qu’elle mène lorsque celles-ci ont une incidence sur la société et l’environnement doivent être transparentes.
  • Comportement éthique : Il convient que le comportement de l’organisation soit fondé sur les valeurs de l’honnêteté, de l’équité et de l’intégrité.
  • Reconnaissance des intérêts des parties prenantes : L’organisation reconnait et prend en considération les intérêts de ses parties prenantes et s’efforce d’y répondre.
  • Respect du principe de légalité : Le respect du principe de légalité doit être reconnu comme obligatoire.
  • Prise en compte des normes internationales de comportement : Tout en prenant en compte le principe de légalité.
  • Respect des droits de l’Homme : L’organisation reconnait leur importance et leur universalité.

Deux angles à considérer, un objectif global

 

Pour engager une démarche de RSE ou RSO, vous devez identifier les domaines porteurs d’enjeux ET identifier et dialoguer avec les parties prenantes de votre organisation. Peu importe dans quel ordre ou sous quel angle vous démarrez, l’objectif est toujours le même : déterminer les domaines d’actions pertinents et impactants.

Concernant les domaines porteurs d’enjeux, voici quelques pistes à suivre :

  • chaîne de valeur et cycle de vie de vos produits et services
  • questionnement à partir des 7 principes de la Responsabilité Sociétale
  • penchez-vous sur les impacts indirects au sein de votre périmètre d’intervention.

Pour identifier et dialoguer avec vos parties prenantes, voici quelques idées :

  • Celles « économiques » : fournisseurs, clients, actionnaires, salariés, partenaires…
  • Parties prenantes « d’observations ou d’influences » : associations, syndicats, certificateurs…
  • Les « politiques » : collectivités locales, communautés locales, Etat…
Agenda 2030 ONU sur ODD
Questions centrales RSE

Questions centrales en Responsabilité Sociétale des Organisations

 

A partir de la gouvernance de l’organisation, six domaines d’actions sont à questionner, en interne et auprès des parties prenantes. Pour chacune d’entre elles, on vous donne quelques pistes de réflexion.

  • Environnement : Prévention de la pollution, Utilisation durable des ressources, Adaptation et lutte contre le changement climatique, Protection et restauration de l’environnement naturel …
  • Loyauté des pratiques : Lutte contre la corruption, Engagement politique responsable, Concurrence loyale, Promotion de la Responsabilité Sociétale dans la sphère d’influence …
  • Protection du consommateur : Communication claire et transparente (Marketing, info, contrat …), Santé et sécurité, Consommation durable et éducation du client, Après-vente et résolution des conflits attentifs, Accès aux services essentiels…
  • Contribution au développement local : Ancrage territorial, Soutien à l’éducation et à la culture, Valorisation de l’emploi et développement des compétences, Technologies, Création de richesse et de revenus, Santé et Investissement social …
  • Droit de l’Homme : Être au clair vis-à-vis des Situations à risque et complicité, des Discriminations, des Droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels et des Droits fondamentaux au travail …
  • Relations et conditions de travail : Être attentif aux Emplois, Conditions de travail et protection sociale, Dialogue social, Santé et sécurité au travail et au Développement des ressources humaines …

Comment s’engager dans la Responsabilité Sociétale des Entreprises ?

Débuter la RSE

Pour se mettre en mouvement

 

Chacun doit être moteur de ce changement de mode de réflexion, en tant que gouvernance de l’entreprise vous devrez donc commencer par sensibiliser, puis construire votre stratégie et enfin la communiquer.

Pour sensibiliser, il faut engager le plus grand nombre de vos salariés dans la démarche, mais également vos actionnaires, les membres de la direction … Tous doivent être au moins sensibiliser pour pouvoir pleinement s’engager. Charge à vous ensuite de désigner un référent, en fonction des compétences mais surtout des appétences de vos salariés sur le sujet. Celui-ci pourra ainsi s’appuyer sur cette première étape pour passer à la deuxième étape : la construction de la stratégie.

Aux vues du nombre de champs à investiguer et du nombre de personnes à questionner, si vous ne souhaitez pas en oublier ou ensevelir le référent sous les données, la première action à lui proposer est de constituer une équipe, un groupe de travail, un think tank … peu importe son nom mais lui dire de s’entourer de volontaires. Ensuite, il devra réaliser un diagnostic initial et analyser les enjeux pour l’organisation. Et bien sûr, après tout ça, définir un plan d’actions et le mettre en œuvre.

Afin de vous aider à réaliser ce diagnostic, n’hésitez pas à contacter la personne qui nous a présenté cet atelier : Véronique ARSICAUD.

 

  • Entrer dans le processus d’amélioration continue de la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise

 

Le diagnostic est ainsi posé, les enjeux connus et le plan d’actions élaborés. Dès lors, l’entreprise entre dans un parcours de Plan – Do – Check – Act très classique.

Vous planifiez vos objectifs comme d’habitude sauf qu’ils sont désormais passés aux tamis des principes RS et soumis à la sagacité de vos parties prenantes. Puis, vous les mettez en œuvre avec le moins d’impact possible sur la planète et la meilleure bienveillance pour les humains concernés afin de générer le plus de valeur possible pour l’entreprise. Ensuite, vous analysez les résultats et engagez les actions correctrices nécessaires. Ainsi, vous planifiez de nouveaux objectifs et reprenez le cercle vertueux.

Les bénéfices sont alors nombreux :

  • D’abord, sur l’aspect social : bien être des salariés, turn-over réduit, bonne image de marque employeur…
  • Ensuite, sur l’aspect environnemental : Atténuation du changement climatique, Limitation de l’utilisation des ressources naturelles, Limitation de la production de déchets, Préservation de la biodiversité…
  • Et enfin, sur l’aspect économique : profit de 51% à 81% (selon le Sustainability ROI Workbook de Bob Willard datant de 2017), Baisse des dépenses, Partenariats gagnants-gagnants…
Cercle vertueux de la RSE
Les bénéfices de la RSE

Pour aller plus loin : passez à l’éco-conception

 

Le processus d’amélioration continue est excellent pour toutes les activités de l’entreprise qui sont habituelles voire quotidiennes. Mais quand vous voulez lancer un nouveau projet (un site web par exemple) ou élaborer un nouveau produit, cette mécanique ne suffira pas. Orientez-vous alors vers l’éco-conception. Sa définition par le ministère de l’écologie : “Approche préventive des problèmes environnementaux, centrée sur le produit, qui peut être appliquée à tous les secteurs.”

Ici, le principe est de se focaliser sur le MVP, Minimum Viable Product ou en français Produit Minimum Viable. Au lieu de vouloir attendre d’avoir le produit parfait, progressez par petits pas. Mais faites-en sorte que chaque pas soit rentable et respecte les principes de la RSE. Soyez attentif aux besoins exprimés et ne les « exagérez » pas, faites des designs simples mais efficaces, éliminez les fonctionnalités « gadgets », optimisez l’accessibilité à vos nouveaux produits…

Les bénéfices pour vous sont nombreux. Vous avez des rentrées d’argent plus rapidement, vous pouvez communiquer sur des nouveautés plus souvent, vous devenez accessibles à un plus grand nombre de clients…

Découvrir nos autres actualités !

Origine de La Base

Origine de La Base

La Base, à l’origine, c’est un espace de 1.000m² avec beaucoup de cloisons et peu de lumière qui ne servait plus beaucoup. C’est un projet qui, du début à la fin, et encore aujourd’hui d’ailleurs, se co-construit et se module mais surtout c’est un espace qui se vit.

Pourquoi rejoindre La Base ?

Pourquoi rejoindre La Base ?

Pour permettre aux travailleurs nomades, porteurs de projets, entrepreneurs, free-lance, étudiants ou salariés… de concilier efficacité, flexibilité, convivialité et économie, la CCI Corrèze a décidé de créer un espace collaboratif économique, en plein coeur de Brive.

X